Droit des victimes

Guide du droit des victimes

Exiger nos droits, exiger la justice : Guide sur les femmes défenseures des droits humains

 

Le présent ouvrage est un jalon important vers la reconnaissance de la contribution majeure des femmes défenseures des droits humains dans la promotion et la protection des droits humains et que cette reconnaissance publique les renforce dans leur rôle de défenseurs. Ce guide s’est nourri des victoires remportées par les femmes défenseurs des droits humains, notamment des succès de trois années de campagne internationale sur les femmes défenseures des droits humains.

Ce guide est l’aboutissement d’efforts collectifs consentis par de nombreuses personnes, organisations et institutions, déterminées à affirmer et à faire respecter les droits humains des femmes.

Télécharger ici le Guide sur les femmes défenseures des droits humains

CEDEF

  La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes a été adoptée le 18 décembre 1979 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle est entrée en vigueur en tant que traits international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays. Dix ans après son adoption, en 1989, c'est presque une centaine de pays qui se sont engagés à respecter ses clauses.

 Télécharger ici la CEDEF

 

Déclaration universelle des droits de l'homme

   L'Assemblée générale proclame la Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Télécharger ici la déclaration universelle des droits de l'homme

Fiche pratique La médiation pénale

  Dans le cadre de certaines infractions de faible gravité, le procureur peut proposer une médiation afin d'assurer la réparation du dommage causé à la victime. Cette médiation peut également viser à mettre fin au trouble résultant de l'infraction. Les faits doivent être simples, clairement établis et reconnus par leur auteur.

 Télécharger ici la fiche pratique de la médiation pénale

 

Fiche pratique Les dispositifs d'aide aux victimes

  Télécharger ici la fiche pratique Les dispositifs d'aide aux victimes

 

 

 

Analyse et guide juridique Les mariages forcés

 

Télécharger ici le guide juridique Les mariages forcés

 

 

Fiche pratique L'aide juridictionnelle

Télécharger ici la fiche pratique L'aide juridictionnelle

 

 

 

 

 

Les histoires de Nafi et de Khadija : BD !

 

Au Sénégal, les femmes et les fillettes en situation de handicap sont, tous les jours, confrontées à des violences physiques et sexuelles (sévices physiques, viols, mariages précoces et forcés, rejet ou viol par le conjoint,…) et des abus psychologiques (préjugés, mépris, insultes, rejet,…). Leur handicap les expose quotidiennement à des préjugés culturels qui prennent diverses formes, tout au long de leur vie. La stigmatisation en milieu scolaire des fillettes en situation de handicap par les élèves, qui prennent plaisir d’elles, est un frein à leur éducation, tandis que la surprotection par leurs parents empêche l e u r épanouissement personnel. Leur plus vive inquiétude face au handicap est d’être prises pour des incarnations surnaturelles : des enfants de jinn, qui, selon les croyances, peuvent apporter une forte opulence ou beaucoup de malheur. Elles traînent une mauvaise image d’handicapée considérée comme source de malheur ou porte-bonheur destiné à améliorer, par un pouvoir mystique imaginaire, la situation financière et la position sociale de son mari. Elles s’entendent souvent dire : « si l’on est marié à une handicapée, les enfants naîtront aussi avec un handicap ». Les problèmes de santé, en général, et de santé de la reproduction, en particulier, des adolescentes et des femmes en situation de handicap sont des plus critiques. Elles ont d’abord des difficultés d’accès aux structures de santé. En effet, la prise en charge spécifique dont elles ont besoin dans les hôpitaux, les maternités et les postes de santé n’existe pas ou peu. Les structures médicales sont totalement inadaptées à leurs conditions physiques et ne répondent pas à leurs demandes. Au niveau de la santé de la reproduction, elles ont peu accès aux services de planification familiale. Elles manquent, pour leur majorité, d’informations claires sur leur corps et leur santé reprod uctive. Elles sont peu initiées aux méthodes contraceptives. Elles sont également très vulnérables aux MSTIST. Elles subissent des mutilations génitales, propres à certaines cultures, qui ont des conséquences négatives importantes sur leur santé et leur sexualité, aussi bien que sur leur vie familiale, sociale et économique. Elles pratiquent l’avortement clandestin qui affecte leur santé. Le manque de formation du personnel soignant et le manque de tables gynécologiques rend leur maternité et leur accouchement extrêmement difficiles.  

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site