Vivre en couple

Peut-on vivre en couple avec une telle histoire ?

J'ai été violé à 3 ans par un cousin d'une quinzaine d'années, puis victime de pédophilie, par un prêtre et par un responsable d'école, entre 10 et  13 ans. Je n'en ai parlé qu'à 48 ans.
Mon silence si long, mon épouse l'a vécu comme une trahison. Elle m'a reproché d'avoir gardé le silence si longtemps, disant que je ne lui avais pas fait confiance. Elle m'a reproché aussi d'avoir foutu la m... en parlant. Elle m'a égalemment reproché d'être « faible »... Bref, elle a divorcé après 18 ans de vie commune.
J'ai été tellement blessé par ce divorce lié à mon histoire d'enfance, que je n'arrive plus à me confier aux autres et je parais insensible (alors que je ne le suis pas.) J'ai peur de parler, j'ai peur de faire confiance et d'être trahi... Mes tentatives de sortir de la solitude ont échoué. Je vis donc seul.
Il y a quelques mois, ma filles la plus jeune (15 ans), qui avait des problèmes (avec des idées noires), me montrait ses poèmes. Le premier que j'ai lu, très sombre, m'a tellement ému que je lui ai dit pourquoi. Ça m'évoquait cette part de mon histoire d'enfance... Je lui ai donc dit que j'avais été violé étant enfant, sans en dire davantage. Elle m'a dit qu'elle s'en était douté (elle avait perçu des bribes de conversations.) Aujourd'hui, elle va de mieux en mieux (pas seulement à cause de cette parole échangée, elle est bien suivie...)
Les secrets sont destructeurs. Il faut parler ! Mais on ne peut pas tout dire, ni à n'importe qui (tous ne sont pas prêts à entendre, ils peuvent être choqués et s'éloigner), ni n'importe quand (il faut être prêt à parler), ni donner trop de détails (tous n'est pas bon à dire, il ne faut pas indisposer...) Je crois qu'il vaut mieux s'exprimer dans un groupe de paroles ou dans une thérapie : là, on peut parler sans être jugé.

On devient de plus en plus forts de jours en jours.

J’ai été victime de l’âge de cinq ans à dix sept ans. Nous avons eu beaucoup de difficultés mon mari et moi, parce que mon mari ne savait pas. J’ai mis longtemps, beaucoup de temps, trop de temps à tout garder pour moi et ça a créé effectivement au niveau relationnel, sexuel, tout, plein de choses, plein de choses, matérielles également parce que j’ai été hospitalisée deux fois. On a une petite fille, donc mon mari a du tout gérer pendant que j’étais hospitalisée et ça nous a freinés sur beaucoup de choses. On a failli se séparer, heureusement, on est toujours ensemble. En plus, on devient de plus en plus forts de jours en jours.

J’ai fait plein de bêtises, j’ai fait plein de bêtises parce que je ne me sentais plus femme et  il y a eu des gros problèmes, il y a eu des gros problèmes dans la vie sexuelle. Au début, j’étais une grande séductrice, aussi bien avant mon mari etc.… maintenant que j’y repense, ça choquait beaucoup de personnes, c’était très ambigu et quand j’ai rencontré mon mari, c’est vrai, je suis tombée amoureuse de lui mais je suis partie de chez mes parents pour me sauver, mais j’étais amoureuse de lui. La bêtise que j’ai faite c’est que je l’ai trompé, il le sait. Pour me prouver que j’étais vraiment une femme, parce que c’est vrai qu’entre nous, sexuellement, ça ne se passait pas bien et je me suis posée plein de questions sur moi, pas sur lui, donc,  j’ai trouvé la meilleure solution, c’était de le tromper. Forcément, c’était la catastrophe …mais ça nous a rapprochés, B. est une personne très compréhensive…ce qu’on a mis en place, après, c’est de remettre le dialogue, parce que je suis quelqu’un qui parle beaucoup, mon époux parle peu, il travaille…et donc, si c’était à refaire, forcément, je ne le ferais plus. Mais ce que je ferais…je ne sais pas ce que je referais mais je ne referais plus les bêtises.

Je n'envisageais pas de vie de couple

Ma première difficulté a été en fait que pendant longtemps je n’ai pas envisagé d’avoir de vie de couple.

Je ne me voyais pas vivre avec un homme tout simplement. Je me voyais avec des enfants mais en mère célibataire, en fait en foyer monoparental, donc toute ma jeunesse ça a été, on va dire une succession de petits amis et des que ça devenait sérieux, je m’esquivais, je ne donnais pas suite, jusqu’à ce que je rencontre mon mari, mais même lorsque je suis tombée enceinte, j’ai eu une hésitation : « Est-ce que je lui dis que je suis enceinte ou est ce que j’arrête là, mais j’ai décidé de continuer avec lui et je pense que j’ai eu raison. Pour moi c’est la première difficulté, je n’envisageai pas de vie de couple en fait, mais maintenant c’est sûr que ce n’est pas facile tous les jours.

Ca s’est passé avec le mari d’une tante chez qui je passai régulièrement des vacances en été et j’ai parlé il y a très peu de temps, il y a un an et demi environ. Sinon j’ai toujours tout gardé pour moi. Mon mari ne savait pas, mes parents ne savaient pas, personne ne savait et puis c’est net, il y a des difficultés au niveau sexuel essentiellement même si ça revient un petit peu quand même maintenant. Disons que ce n’est pas facile, je le sais bien pour mon conjoint, ce n’est pas évident, il a senti que je me détachais un peu de lui-même si ce n’était pas volontaire. Bon on a eu une période très… alors qu’on n’avait  jamais de conflits auparavant. Régulièrement ça part bien entre guillemets à la maison, mais là ça rentre un petit peu dans l’ordre on va dire.

J’essaie de lui parler plus aussi. Il y a des moments où il était face à un mur, où je n’arrivais pas à lui parler du tout, il me posait des questions, il voyait bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas mais ça ne sortait pas, c’était physique, j’avais l’impression d’être muette à ce moment là. Maintenant, quand c’est comme ça, il y a encore des fois où je n’arrive pas à parler de certaines choses avec lui, je prend mon crayon et je lui écrit, ça lui fait peur parce que quand il trouve une lettre sur le comptoir, il s’imagine que je vais le quitter ou que j’ai fait une bêtise ou n’importe quoi, mais ça nous aide à parler, une fois que je l’ai écrit, j’en parle plus facilement, c’est principalement ça que j’essaie de faire. Si c’était à refaire, j’aurai essayer de lui en parler plus tôt parce qu’en fait il y a des amis qui se doute de quelque chose, j’avais régulièrement des cauchemars la nuit, je me réveillais en pleurant, en hurlant et il ne comprenait pas pourquoi donc il a d’abord pensé à un viol, il a pensé que c’était mon père et à chaque fois tout ce que je pouvais dire c’était oui ou non de la tête donc, jusqu’à ce qu’il y a un an et demi je craque complètement, j’aurai peut-être pu lui faire confiance avant. Sinon, c’est essentiellement la vie de famille aussi qui aide à maintenir un petit peu le couple, on a trois enfants qui sont assez jeunes donc, on essaie de faire un maximum de choses tous ensemble, d’apprécier les petits bonheurs quotidiens que ce soit dans le travail ou dans la famille. Moi, je travaille entourée d’enfants à la maternelle donc, c’est encore un petit peu insouciant, ça fait du bien.

Tout est à l'envers

J’ai commencé à essayer de construire un couple assez rapidement parce que je suis partie de la maison tôt, à 17 ans.

J’ai vécu dans la rue quelque temps et ensuite, je me suis mise très très vite en couple. J’ai été très très vite maman. C’était très important pour moi de construire ma famille à moi, de récupérer une famille. Mon premier couple s’est cassé la figure avec les années, parce que j’avais un mari très très demandeur sexuellement, ce qui me posait un gros problème parce que je le voyais sans arrêt comme une espèce de gros obsédé sexuel et que je n’étais là que pour ça. Et il avait en plus un caractère... c’était un con, pour appeler les gens par leur nom. Il était très con, très fermé, il ne parlait pas, il ne comprenait pas. Je lui avais parlé de mon histoire d’inceste dès le départ. Il me reprochait tout le temps de me servir de cette histoire pour ne pas avoir de relations sexuelles, jusqu’à un matin ou comme je ne le supportais plus, je lui ai fait ses valises pour qu’il parte. On avait quand même fait deux enfants entre temps, donc ce n’était pas simple. 

Quelques temps après, je me suis mise en couple avec un autre homme, qui m’a appris ce que ça pouvait être d’avoir des relations sexuelles sans se sentir agressée, c'est-à-dire tout en douceur, sans être focalisé sur le sujet. Il était très compréhensif, je lui ai parlé de mon histoire également dès le départ. Je pense qu’il n’a pas tout de suite compris l’impact que ça aurait sur notre histoire de couple, parce que j’étais assez difficile à vivre, je le suis toujours d‘ailleurs. Dans la vie quotidienne, c’est  des hauts et des bas dans les humeurs. Il y a des jours ou tout va bien, je fais des bonds partout et puis voila et les jours qui sont de plus en plus fréquents en ce moment les jours ou je suis de plus en plus renfermée sur moi-même, agressive, à pleurer, à être en colère contre lui alors qu’il n’y est pour rien.

Ce n’est pas simple, surtout pour lui je pense et la vie sexuelle est un vrai problème, dans notre couple parce que contrairement au couple classique, je dirai, ce n’est pas trop lui qui est demandeur. Je pense qu’il est suffisamment compréhensif, je pense qu’il a peur un peu de m’agresser, s’il vient vers moi, s’il essaie de me toucher, donc il attend. J’ai découvert il y a peu chez un psy que j’avais une sexualité compulsive, donc c’est plutôt moi qui ait tout le temps envie, moi qui suis tout le temps demandeuse et qui suis très en colère quand il refuse, donc je pense que ce n’est pas simple à gérer parce que dans les couples en général, c’est plutôt le contraire.

J’essaie de mettre certaines choses en place pour ne pas être trop invivable. C'est-à-dire de ne pas me retrouver seule à la maison, parce que c’est arrivé parfois et  la maison est vide, pas de copain, pas d’enfants à la maison, donc, toute seule et là, c’est   catastrophique parce que je passe la journée recroquevillée sur le fauteuil à ne rien faire, à pleurer, etc.… et quand il rentre le soir, forcément, je ne suis pas très agréable, je lui fait un peu payer. Donc, je m’arrange pour être tout le temps, tout le temps occupée et jamais toute seule inactive chez moi. Et, il n’y a pas longtemps, mes enfants sont partis une semaine chez leur père et mon ami travaillait tard le soir, donc, je n’avais aucune envie de rentrer à la maison après le travail et il est arrivé un soir où je me suis dit « Tiens, je ne vais pas rentrer… » et je suis partie dans un bar me saouler et j’ai oublié l’heure et lui, est rentré à la maison, il était assez inquiet, il ne savait pas où j’étais et moi, je l’ai appelé comme une fleur à dix heures du soir, à moitié ivre en disant « coucou, je veux rentrer ! »…  et il m’a récupérée à la gare, je devais bien puer l’alcool, il était super gentil, il ne m’a rien dit. Il m’a ramenée sagement à la maison enfin, voilà…les solutions c’est de ne jamais être seule pour ne pas faire de bêtises et puis, il est très important de parler au maximum pour comprendre d’où viennent les problèmes, pour essayer de comprendre l’agressivité que je peux avoir parfois, lui expliquer et surtout lui expliquer ce que j’attend de lui parce qu’il n’est pas devin et  il ne peut pas toujours deviner, c’est les seules choses…et si c’était à refaire, je ne sais pas ce qu’on aurait pu faire de différent…peut-être se parler plus tôt, ça aurait éviter parfois des disputes à la maison.

Impossible avec un homme de mon pays

un homme de mon pays, ce n’est pas possible….. J’ai connu un coup de foudre mémorable il y a neuf/dix ans avec un norvégien mais il n’a jamais pu m’approcher pour parler, c’était impossible, pourtant, c’était un sentiment inconnu mais je ne pouvais pas l’approcher, quand on se parlait norvégien c’était trop personnel, trop intime, je ne pouvais pas le supporter, je ne peux toujours pas, enfin, je n’ai pas essayer maintenant. Mais je ne me sens pas capable de vivre un amour avec un norvégien. Ma langue est une barrière que je mets, une protection….Mais même par rapport à ma thérapie, pour ça, je n’ai pas trouvé de solution.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×