Romans

Pacifico

De Victor Khagan.

La ville de Pacífico, quelque part en Amérique du sud. On s’y exile, on y échoue, on s’y oublie. Une ville qui vous tend les bras. Une ville de pauvres aux yeux de cadavres. On y devine la saleté, la petitesse et la médiocrité. Les rues sont ternes, les salaires sont ternes, les ambitions aussi. Un peu plus loin, la mer et un horizon de rêves perdus. Là, Raymond, Jean-Jacques, Julio, Samyr, Manuel, Michel: une bande de copains, une bande de paumés. De petites combines en vols organisés, ils s’arrangent pour combler les fins de mois. Un jour, un ancien mercenaire les rencarde sur une affaire de contrebande de diamants. Dans l’ombre d’un régime fascisant d’Amérique latine, un ballet d’âmes perdues, bouffées par leur passé, où l’amitié, l’amour et la mort se conjuguent sur une mélodie douce-amère déchirante. Des tranches de vies touchantes de justesse, une galerie de pieds nickelés attachants: Victor Khagan fait naître une véritable émotion au cœur d’un no man’s land sorti de l’oubli.

Borderline

De Marie-Sissi Labrèche

J'ai une personnalité malade.
Une personnalité qui a la grippe. Non, pire, j'ai un cancer de la personnalité : une boule accrochée en moi et qui se nourrit de mes cellules depuis que je suis toute petite. Et, comme elle n'a pas été soignée à temps, je suis coincée avec pour toujours, jusqu'à la fin des temps, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Je suis borderline. J'ai un problème de limites. Je ne fais pas de différence entre l'extérieur et l'intérieur.
C'est à cause de ma peau qui est à l'envers. C'est à cause de mes nerfs qui sont à fleur de peau. Tout le monde peut voir à l'intérieur de moi, j'ai l'impression. Je suis transparente. D'ailleurs, je suis tellement transparente qu'il faut que je crie pour qu'on me voie. Borderline est un premier roman qui scrute le monde de l'enfance. Non pas l'enfance bénie, mais celle qui crée des monstres. Et les monstres de l'enfance ne nous quittent pas avec elle.

L'enfant méduse

De Sylvie Germain.

Une petite fille, lucie daubigné, vit une enfance paisible et heureuse dans un village du berry, au coeur des landes et des marais peuplés d'oiseaux, d'insectes, de crapauds et de fées invisibles.
Les voix des bêtes, du vent et des légendes restées vivantes tissent le chant de la terre. un chant plein de douceur. mais le calme bonheur du lieu et de l'enfance est soudain brisé. un ogre rôde dans le pays, avide de corps de petites filles. la douleur et le deuil se lèvent sur son passage. lucie devient la proie de l'ogre. mais celui-ci ne la tue pas, comme ses autres victimes, il détruit peu à peu en elle l'innocence, la joie de vivre, l'amour et la bonté.
Lucie, rongée par son secret de honte et de souffrance, se transforme en une créature maigre, laide et haineuse. elle s'ensauvage. le chant de la terre devient un chant de guerre et de vengeance. armée de la seule force de son regard, l'enfant méduse entreprend le combat de l'ogre. lucie vaincra, mais ni la paix, ni l'innocence ne lui seront rendues. la douleur, la violence et la haine ont pris trop profondément racine en elle.
Il faudra longtemps à lucie, très longtemps, pour réapprendre à vivre en paix avec le mal, avec les autres et elle-même. dans cette traversée du mal, tout prend un sens : la lumière, les fleurs, les insectes, les larmes. et la nature, les bêtes, les astres s'unissent pour accompagner la solitude des hommes et la détresse d'une enfant.

Captive des Borgia

De Jeanne Kalogridis

L'impétueuse princesse Sancha d'Aragon, fille illégitime du roi Alphonse II de Naples, arrive à Rome après avoir été contrainte d'épouser le fils, cadet, à peine pubère, du célèbre pape Alexandre Borgia.
Dans le cadre opulent de la cité pontificale en cette fin de XVe siècle, elle est accueillie à bras ouverts par cette famille scandaleuse en raison de la dépravation de ses mœurs et de sa brutalité po1itique. Après avoir repoussé les avances du. pape, elle se lié d'amitié avec sa séduisante et hypocrite belle sœur, Lucrèce, à la jalousie aussi légendaire que la beauté. La famille Borgia détient le secret d'un poison redoutable et on raconte, que Lucrèce n'hésite pas à éliminer ses rivales, surtout celles auxquelles s'intéresse son frère aîné, César. Aussi, lorsque Sancha s'éprend follement de l'irrésistible César, qui lui rend sa passion, elle doit cacher ce secret si elle veut rester en vie...
Prise au piège de la sinistre toile d'araignée tissée par les Borgia ; elle rassemble le courage et l'intrépidité qui faisaient d'elle une enfant indomptable et décide de les vaincre à leur propre jeu. Passions débridées, folie, débauche, meurtre, inceste et machinations politiques composent l'intrigue foisonnante de ce flamboyant roman inspiré de la réalité historique, dominé par le personnage inoubliable de la magnifique princesse Sancha d'Aragon.

Les chemins de l'aurore

De Victor Khagan.

Khagan tient son lecteur par l’artifice de l’intrigue et s’il n’en use qu’à mi-roman, elle est à la mesure du héros, de ses échecs, de ses bourreaux, de ses amis, de ses victoires aussi : la société se lit dans ses faits-divers et l’ordinaire de sa population. Ce sont là pourtant le terreau et le sel de l’Histoire et d’une humanité faite des milliards d’enfants de leurs parents.

Fernand, ce héros chancelant à la poursuite chimérique d’une enfance à reconstruire, en quête d’un bonheur purgé des déterminismes d’une société aliénante, tourne dans le champ étroit du petit commerçant. Khagan prend la Sociale, le combat pour l’émancipation de l’autre, par la tangente de la révolution personnelle. On ne saurait lui en faire le reproche, l’Histoire ayant repoussé au-delà de tout délai raisonnable le choix du levier de l’émancipation du genre humain. A chacun sa foi, mais si les damnés de la terre n’ont que faire des tergiversations des petits-bourgeois, les lendemains que chantent les Révolutions ont toujours sombré dans le massacre des enfants au nom du sacrifice des générations.

Les Séquestrés d'Altona

De Jean-Paul Sarthe

- La guerre, on ne la fait pas : c'est elle qui nous fait.
Tant qu'on se battait, je rigolais bien : j'étais un civil en uniforme. Une nuit, je suis devenu soldat pour toujours. Un pauvre gueux de vaincu un incapable. Je revenais de Russie, je traversais l'Allemagne en me cachant...

L'enfant blessée.

De Torey Hayden.

Lorsqu'elle remarque la petite Venus Fox juchée sur le mur de la cour de récréation, le jour de la rentrée des classes, Torey Hayden ignore encore ce que Belle Enfant, ainsi que la nomme sa grande sœur Wanda, elle-même handicapée mentale, doit endurer au quotidien.
Réfugiée dans le silence, dépourvue de réactions, Venus ne se manifeste que pour se transformer en furie si l'un de ses camarades a le malheur de l'approcher. Afin d'instaurer une atmosphère propice à l'apprentissage dans une classe où tous les élèves souffrent, à des degrés divers, de troubles du comportement, Torey utilise des méthodes telles que l'écoute, la fermeté, l'humour, les chants et les rires...
Elle s'attache tout particulièrement à faire sortir du mutisme où elle s'est murée cette petite fille en proie à d'indicibles souffrances. Mais ne s'agit-il pas là d'un cas désespéré ?

Flowers in the Attic

De Virginia-C Andrews


L'enfant sacrifié

D'Othilie Bailly.

Pourquoi, profitant de l'absence de son mari, Martine s'est-elle fait avorter alors que tous deux désiraient un enfant ? Pourquoi s'est-elle enfuie sans que personne ne sache où elle se trouve ? C'est ce que va chercher à savoir Philippe, son époux. Cette enquête longue et obsédante, auprès d'une famille bourgeoise qui semblait irréprochable, va entraîner Philippe dans une véritable descente aux enfers.

Viol , six entretiens quelques lettres et une conversation finale

De Danièle Sallenave.

Mado vit à Saint-Comer (Nord). Mariée deux fois, elle ne voit plus les deux fils qu'elle a eu de son premier mari, qui l'a abandonnée alors qu'elle avait vingt ans. Quant à son deuxième époux, déjà père, qui lui a donné une fille, il est en prison pour inceste. C'est ce qui a poussé une femme à venir de Paris rendre visite à Mado, pour la questionner, dialoguer avec elle, tenter de comprendre ce qu'elle vit. Au fil des entretiens s'impose de plus en plus le refus de Mado, à mesure qu'elle brandit des affirmations contradictoires qui toutes ont pour but d'éviter le mot terrible : "viol".
C'est le langage d'une femme, son monde à elle, celui dans lequel elle s'enferme pour échapper à une vérité inacceptable, que ce livre met en valeur. Paradoxalement, c'est à travers ce dialogue fictif que Viol restitue la réalité difficile de gens "ordinaires", avec plus de sobriété, de finesse et de sensibilité que de nombreux témoignages "objectifs". Danielle Sallenave a reçu en 1980 le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio.

Le crayon de papa

De Ian Soliane

Le Crayon de papa est le roman d'une enfance qui pourrait paraître ordinaire, mais très vite, entre deux souvenirs obligés, l'inceste surgit, dans toute sa complexité, haine et amour mêlés, honte, silence, déchirement.
Le récit sans complaisance de Ian Soliane évite le piège du jugement et du manichéisme : au lecteur de s'y confronter, d'expérimenter les possibilités du pardon et d'en déduire sa propre humanité.

Blesse, ronce noire

De Claude Louis-Combet

Blesse, ronce noire.
Ce sont les derniers mots que Georg Trakl fait prononcer à sa sœur, Gretl, dans le poème Révélation et anéantissement, écrit peu avant la bataille de Grodek (1914) d'où, la drogue aidant, il ne devait pas revenir. Lorsqu'on considère les photographies conjointes du frère et de la sueur, on peut se demander qui fut le premier à dire les mots de la douleur, de l'amour et de la faute et dans quelle secrète complicité naquirent les poèmes.
Dans l'espace de la proximité ouvert entre ces deux faces d'amants et d'artistes, on peut rêver abondamment sur le sens de la dilection, de l'écriture et de la déréliction. Claude Louis-Combet.

L'Agneau carnivore

De Augustin Gomez-Arcos

" Avec ses plans qui se pénètrent, dans sa dialectique du " rouge " et du " jaune ", de la haine et de l'amour, ou plutôt dans leur furieux embrassement, ce beau livre fait entendre le plus étonnant des contrepoints : un poème charnel ingénu, provocant, triomphant ; et un chant funèbre pour l'Espagne mise au tombeau.
" Yves Florenne " Agustin Gomez-Arcos semble avoir renoué avec la grande tradition des siècles d'or, les prodiges de l'art baroque. Avec une liberté qui tient du miracle, il prête à ce cauchemar les fascinations et les somptuosités du rêve. " Jean Chalon

Le parfum

De Patrick Süskind

" A vue de nez, un chef-d'œuvre.
" (Bernard Pivot) " Dans la France du XVIIIe siècle, un nabot nommé Grenouille découvre le meilleur parfum du monde. De cette idée feuilletonesque, saturée de détails et de cascades ethno-olfactives, Patrick Süskind, jeune romancier munichois, a fait Le Parfum, le nouveau best-seller européen. " (Patrick Mauriès, Libération) " Encore un exploit, cette exaltation de l'exhalaison, dont seules sont capables l'écriture et la lecture, à l'exclusion de tout autre art ! " (Bertrand Poirot Delpech, Le Monde) " Un conte, philosophique sans en avoir trop l'air, qui exhale un fort parfum de talent et d'originalité.
" (Pierre Démeron, Marie-Claire) " Tout le monde a déjà envie de lire ce parfum étrange qui restera unique dans la littérature d'aujourd'hui. " (Sylvie Genevoix, Madame Figaro)

L'incroyable et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique

De Gabriel Garcia Marquez

La côte caraïbe, humide et putrescente, est le lieu clos des sept nouvelles de ce recueil du grand romancier colombien Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature en 1982.
Réservoir de fantasmes et de craintes, espace de mémoires et de fables, un bourg misérable coincé entre la mer, marécageuse, dévoreuse de dunes, grouillante de crabes omniprésents, et l'infranchissable Cordillère, voit s'agiter d'ineffables pantins et de mythiques créatures : le miracle s'inscrit au bas de chaque page et l'humour sauve ce monde abandonné des dieux où l'impitoyable grand-mère prostitue la jeune Erendira pour satisfaire son intense appétit de lucre.
Même la mort ne saurait endiguer le flot des légendes : la parole parcourt, souveraine, fascinante, l'éternité du récit.

Héloïse vierge et mère - Un cas de pédophilie incestueuse au 12e siècle

De Roland Oberson

Le chanoine Fulbert est un pervers.
Il fait sautiller sur ses genoux une écolière particulièrement éveillée. Nubile probablement, elle est aussi avancée dans les choses de la vie. Elle se trouve enceinte, nul ne sait comment. Les badineries de cet oncle - en réalité son père - tiennent du prodige. Abélard, le grand philosophe à succès, devient son ami. Son esprit en est tout retourné comme le cœur de cette ado. A son grand dam, il met les pieds - en tout cas les pieds - dans cette affaire amoureuse.
Alors qu'ils se demandent où ils en sont, où est le sommet de l'amour, la grossesse d'Héloïse fait explosion ! D'où vient ce gamin, qu'elle désigne par un prénom d'avant-garde, Astrolabe, instrument du destin ? Abélard apprend bientôt que son amie est esclave. Le chanoine se l'est procurée au couvent voisin. Le philosophe pense que pour la délivrer de son joug, il suffit de l'emprunter à son propriétaire.
Celui-ci est trop heureux si un benêt se charge bénévolement de la délivrance de son faix. Héloïse n'a peut-être pas connu l'homme Abélard qui n'a pas connu la fille. Mais elle porte un bébé. Le serment qu'il a échangé avec Héloïse l'oblige à devenir le père putatif. Un autre contrat le lie au représentant de l'Église, le chanoine oncle et père à la fois, plutôt deux fois qu'une. Il doit rendre la marchandise bien-aimée, Héloïse au beau sein.
Il s'ingénie à ne pas remplir cette clause. Le chanoine se venge sauvagement. Il castre le philosophe et, par le même coup, tue l'amour physique du couple. Héloïse refuse le mariage. Elle ne veut pas qu'il soit dit que son amant est le père de son fils. Car le père de son fils, eh bien ! c'est son père à elle ! Elle refuse aussi de retourner chez celui qui l'a couverte et qu'elle sait ne pas pouvoir dénoncer.
Son paladin la délivre. Elle choisit de se réfugier dans son couvent couveur, la pépinière du Prieuré d'Argenteuil. En se faisant nonne, elle épouse le Christ, seul capable de la sauver. Jusqu'ici les seuls éléments négociables de cette histoire sont érotiques. Il y a du sexe partout et un tas de choses qu'on n'a pas encore osé dire.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site