La justice

Les silences de la loi, un juge face à l'inceste

 

De Marie-Pierre Porchy.

30% des affaires jugées dans les cours d'assises concernent des viols sur mineurs. Avant la rue, le premier lieu d'insécurité pour l'enfant est le toit familial. C'est souvent un père, un beau-père ou un oncle qui va, des années durant, abuser d'un enfant dans le silence profond et verrouillé d'une famille. Face à cette délinquance "ordinaire", la loi n'offre qu'un silence coupable en ne posant pas les interdits fondamentaux. L'interdit de l'inceste n'est ainsi pas inscrit dans notre code pénal... Marie-Pierre Porchy, juge d'instruction, s'élève contre ce tabou légal et contre un fonctionnement judiciaire source de nouvelles injustices-froideur des textes face à la parole fragile de l'enfant, accueil judiciaire traumatisant qui, avec ses non-dits, brise la victime au lieu de la réparer. Forte de son expérience de magistrat, elle imagine, à travers les cas qu'elle a suivis, une justice plus humaine, plus ouverte à l'aide psychologique. Ainsi son livre propose-t-il une vision neuve d'un sujet surmédiatisé mais paradoxalement toujours pétrifié dans les lourdeurs du tabou.

 

Le procès de la perversion, le couple Fourniret, S.Borstein, C.Jumeaucourt, L.Michetti

fourniret

Le procès qui débutera en 2007 autour de ce qu'il est devenu commun d'appeler " l'affaire Fourniret " pose différentes questions faisant de ce procès un événement judiciaire pas tout à fait comme les autres.
Comment ce tueur en série a-t-il pu commettre impunément autant d'assassinats pendant plus de vingt ans (et peut être encore plus longtemps) faire disparaître autant de jeunes filles sans que personne, ni en France ni en Belgique, n'ait pu stopper cette terrifiante escalade ? Et cela malgré diverses arrestations et condamnations pour des faits mineurs ? Ce formidable manipulateur n'a toujours pas tout dit de son parcours criminel.
Comment cet homme au profil complexe est-il devenu ce " serial killer " incontrôlable ? Comment s'est constituée l'association criminelle du couple Monique Olivier/ Michel Fourniret et sur la base de quel pacte diabolique a-t-il pu fonctionner ? Nous présentons dans cet ouvrage l'histoire de cet homme et de cette femme, construite à partir des faits relatés par la presse française et belge, des livres publiés, des interviews et des interrogatoires.
Chaque élément fait partie d'un puzzle dont toutes les pièces n'ont pas encore été mises au jour. Serge Bornstein, expert pour le premier procès Fourniret, a dirigé ce travail, apportant toute la connaissance qu'il avait de l'affaire. Cet ouvrage, contenant des informations jamais publiées à ce jour, est le résultat d'un travail collectif qui, au travers et en appui d'un récit terrifiant, apporte un regard réactualisé sur une actualité brûlante.

Outreau la vérité abusée, Marie-Christine Gryzon-Dejehansart

outreaau

Qu'avons-nous retenu de l'affaire d'Outreau qui a embrasé les médias, la justice et le pays tout entier ? Uniquement le visage des acquittés.
Personne ne sait que douze enfants ont été reconnus victimes. Car la fiction l'a progressivement emporté sur la réalité. " Les enfants d'Outreau par manque d'affection ont inventé des abus sexuels. " C'est ainsi que débute une vaste campagne de désinformation. Des coupables de substitution sont alors désignés à la vindicte populaire. Assistantes maternelles, policiers, travailleurs sociaux, psychologues et magistrats : tous subissent un procès en incompétence pour avoir jugé crédible la parole des enfants.

Le livre de la honte-Les réseaux pédophiles, Laurence Beneux, Serge Garde.

le livre de la honte

Au printemps 2000, Serge Garde dans L'Humanité, puis Laurence Beneux dans Le Figaro, révèlent l'existence du CD-Rom de Zandvoort contenant 8 500 documents pédosexuels, et d'un fichier établi par la police hollandaise à partir du CD-Rom, avec 472 photos de mineurs.
Qui sont ces enfants en danger ? Des journalistes, des parents, des associations et des professionnels de l'enfance, faute d'obtenir des enquêtes adaptées, vont rechercher et identifier une vingtaine des enfants du fichier. Du côté des institutions, police et justice, c'est la gêne, le dénigrement et parfois la désinformation pour masquer une dépénalisation de fait de la pédosexualité dans de nombreux dossiers.
Avec, ponctuellement, des actions très médiatisées pour répondre aux exigences d'une opinion publique qui refuse désormais le silence. Dans une Europe traumatisée par l'affaire Dutroux, le CD-Rom devient en France un formidable révélateur de problèmes : pourquoi le déni actuel, comment lutter contre les réseaux à l'époque d'Internet ? Un deuxième CD-Rom contenant des scènes de viols et de tortures d'une violence inouïe est transmis par Laurence Beneux et deux journalistes de Canal + à la justice.
Une information aurait été ouverte début 2001 sans que personne n'en soit informé. Dans leur conclusion, les auteurs annoncent qu'il existe plus de... 20 CD-Rom issus de l'enquête de Zandvoort ! Qu'en faire, alors que la justice semble tétanisée ? Une enquête implacable. Laurence Beneux et Serge Garde, journalistes, ont, après leurs révélations, poursuivi leurs investigations.

Eternelles coupables-Les femmes criminelles de l'Antiquité à nos jours, Myriam Tsikounas

coupables

Qu'y a-t-il de commun entre Ève, la première femme criminelle qui aurait été l'initiatrice du péché, Brunehaut condamnée, aux premiers temps du Moyen Âge, pour sa cruauté, à être traînée par des chevaux emballés, l'ogresse Jeanne Weber qui, au me siècle, asphyxia une dizaine de nourrissons et les sœurs assassines Christine et Léa Papin qui, en 1933, se déchaînèrent sur leurs patronnes?.
L'infanticide, la sorcellerie, le poison, voire le vol sont-ils, comme on le dit communément, le propre des femmes?. Sans nier la réalité du crime, les regards, essentiellement masculins, que porte la société sur les femmes fautives tiennent lieu de réponse. Des vases antiques aux reportages télévisuels en passant par les miniatures médiévales, les tableaux de genre et les couvertures du Petit Journal, l'image est outrée, réductrice, stéréotypée, sans doute parce que la violence fait sortir les femmes du rôle attendu qui leur est conféré : celui de mère, d'épouse, de façon générale de porteuse de paix, de fécondité et de douceur.
La représentation des femmes délinquantes n'illustre pas seulement l'histoire d'une transgression des normes, elle distille les rapports implicites entre le masculin et le féminin. Historiens, historiens de l'art, juristes et politistes se sont ici réunis pour penser le phénomène sur la longue durée. En commentant ici plus de cent reproductions d'œuvres d'arts de journaux, d'affiches, etc., ils décèlent le rapport entre les clichés et la société qui les façonne et les colporte en les réadaptant subrepticement pour leur permettre de survivre.
Ces permanences commencent à se rompre aujourd'hui sous l'effet d'un espace public et d'une culture de masse dont les femmes sont de moins en moins exclues.

Face à Fourniret

De Gilles Latapie.

Un procès à hauts risques, des centaines de journalistes, des dizaines d'avocats, des victimes à vif, une assistance à cran et la foule, à l'extérieur, réclamant une sentence expéditive, voire, pour certains, le retour de la peine de mort...
Ecrasante responsabilité pour le président de la cour qui doit gérer aussi bien l'organisation matérielle que la conduite des débats. Il l'a fait avec rigueur, mais aussi humanité et parfois humour, afin de détendre une atmosphère lourde de menaces. Sans compter le face-à-face avec le principal accusé, pervers, manipulateur, qu'il fallait amener à parler, même au prix de la découverte stupéfiante de son mode de raisonnement, et de l'émoi que pouvaient susciter les descriptions indécentes de ses actes.

Michel Fourniret-Monique Olivier : les diaboliques face à leurs juges

De Alain Hamon , Fabienne Ausserre , Hervé Rouvira

Le procès de Michel Fourniret et de Monique Olivier permettra, peut-être, aux familles de leurs victimes de se reconstruire.
Mais si le récit, devant la cour d'assises des Ardennes, des crimes que la justice leur reproche est aussi odieux que ceux qu'ils en ont faits tout au long de l'enquête et de l'instruction, ce dossier restera définitivement insupportable aux jurés, aux magistrats, aux avocats de toutes les parties, aux témoins... Durant trois ans, sous la direction d'Alain Hamon, les journalistes de son équipe ont rassemblé les pièces de cet incroyable puzzle.
Ils ont rencontré une centaine de témoins, parents des victimes, camarades de classe, collègues de travail, parents et fils de Fourniret et de Monique Olivier, policiers, juges et procureurs... Ils ont même entretenu une importante correspondance avec Michel Fourniret. Ce livre, fruit de cette très longue enquête, contient des témoignages inédits, notamment ceux des différentes femmes de Fourniret, du fils du couple Sélim.
Des éléments nouveaux viennent aussi éclairer d'une façon troublante la disparition de la petite Estelle Mouzin, reprochée un temps à Michel Fourniret, sans qu'aucune preuve définitive ne soit avancée... jusqu'à aujourd'hui.

L'oublié d'Outreau

De Ludovic Lefebvre

Outreau.
Une des villes les plus connues de France, et qui s'en serait bien passée. Pourtant, le procès très médiatisé qui porte son nom en a caché au moins un autre, bien plus réel celui-là. Les dix-huit accusés connus n'étaient pas pédophiles, mais l'auteur de ce témoignage a bien été victime d'un pédophile, un médecin. Hélas, ce procès a eu lieu aussi à Outreau, et en même temps que la fameuse " affaire " dont toute la France parlait.
Hélas parce que Ludovic a vu ses efforts pour faire condamner son bourreau réduits à néant, malgré les preuves, les témoignages et les concordances avec d'autres victimes. Il dut encore batailler pour obtenir une indemnité de la commission d'indemnisation des victimes, même si la culpabilité de son agresseur avait été formellement reconnue par le président de la cour d'appel de Douai. Ce médecin pédophile l'avait pris sous son aile alors qu'il avait quinze ans, mais uniquement pour abuser de lui, avec sa femme, jour après jour, pendant des années..
Il raconte l'enfer qu'il a vécu, la descente inexorable vers la drogue et l'alcool, pour échapper à son quotidien. Il raconte les souffrances immenses pour en sortir, pour s'en sortir, puis replonger, puis faire définitivement surface grâce à son amour des lettres et de la vérité. 10 ans de sa vie. Et une marque à jamais indélébile, cicatrice à laquelle s'ajoute celle des 11 années de procédure judiciaire qu'il a engagées pour obtenir justice.
Et le silence des médias sur ce procès, silence d'autant plus insupportable qu'il côtoie le vacarme assourdissant de l'autre procès d'Outreau. Loin de condamner la justice dans son ensemble, Ludovic Lefebvre appelle à ce que la société reconnaisse et dénonce la justice de classe (" notable donc non coupable ") quand elle a lieu comme dans son cas, en contradiction totale avec le principe d'Egalité.
Pour enfin ouvrir le débat sur ce qui s'est réellement passé à Outreau, il confie avec courage ce témoignage poignant, terrible, mais ô combien utile pour notre société.

Dossier pédophilie. Le scandale de l'affaire Dutroux

De Frédéric Lavachery , Jean Nicolas

La pédophilie n'a pas de nationalité.
Tous les pays sont concernés. La France, des histoires récentes l'ont démontré, comme les autres. Mais qui sait qu'elle a été impliquée dans le plus grave des scandales de ce genre : l'affaire Dutroux ? Août 1996. Marc Dutroux est arrêté. Brusquement confrontée à la pire des horreurs, la Belgique passe de la stupeur à la révolte. L'onde de choc fera le tour de la terre, mais le séisme ébranle en profondeur le petit royaume.
Cinq ans plus tard la justice belge croit que Dutroux est un prédateur isolé, ce que les auteurs, au terme d'une enquête fouillée et riche de révélations, contestent. Reprenant l'affaire à zéro, suivant les traces du " monstre de Marcinelle " de sa naissance à son actuelle vie en prison, ils vont plus loin. Travaillant sur de multiples documents secrets, le dossier pénal de Dutroux comme le fameux dossier Pinon, sur des témoignages nouveaux et des pièces inédites, ils remontent le fil de l'histoire contemporaine belge pour découvrir l'importance du malaise et du drame.
Argent caché, réseaux s'étendant sur l'Europe entière, personnalités nommées à tort ou à raison dans de multiples histoires louches au point que de graves pressions font succomber tous ceux qui veulent lever un coin du voile... cette enquête révèle les terrifiants dessous du scandale de la pédophilie. Un scandale qui bouleverse les consciences, Et qui ne connaît aucune frontière.

Tous manipulés ? - Avant, pendant et après l'affaire Dutroux

De Marc Toussaint , Xavier Rossey

Un nouvel ouvrage sur l'affaire Dutroux met en cause l'ex-gendarmerie. Les auteurs vont plus loin que les insinuations et tentent de démontrer que derrière toute cette affaire, il y a une stratégie délibérée de la gendarmerie.

Les Affaires Dutroux et Derochette - Les Enlèvements d'enfants en Belgique (1985-1997)

De Claude Moniquet , Genovefa Etienne

Les enlèvements d'enfants en Belgique [1985-1997].
Des années quatre-vingt au mois d'août 1996, des enfants ont disparu en Belgique. Enlevés, violés, parfois assassinés, par des pervers connus des services de police et de la justice. Une justice qui n'a rien fait pour résoudre ces affaires. Partant des cas tragiques de Julie et Mélissa, An et Eefje, Sabine et Laetitia, Loubna Benaïssa ou Elisabeth Brichet, ce livre démonte les mécanismes qui ont permis à des assassins et des violeurs de rester si longtemps impunis, et tente d'analyser la pédophilie.
Protections°? Corruption°? "°Simple°" incurie généralisée du système°? Les Affaires Dutroux et Derochette, véritable ouvrage d'investigation journalistique, ne néglige aucune piste, aucune hypothèse, apporte des éléments nouveaux pour les étayer et prouve qu'une justice sourde et aveugle, ainsi qu'une société qui a refusé de croire en l'existence de l'indicible, peuvent devenir les meilleures alliées du crime.

Je suis debout - L'aîné des enfants d'Outreau sort du silence

De Chérif Delay , Serge Garde

Novembre 2005. À la barre des témoins de la cour d'assises de Paris, Chérif Delay, 15 ans, subit les foudres des avocats de la défense. Traité de menteur, tétanisé, il ne peut que chuchoter : « Je sais pas, je sais plus... »

Le procès bascule...

Le « fiasco » d'Outreau, c'est, pour toute la France, le drame d'adultes accusés par des enfants menteurs, avant d'être acquittés. Invités par les plus hautes instances de l'État et sur tous les plateaux de télévision, les acquittés ont raconté leur calvaire et rencontré l'empathie du public. Ce qui leur est arrivé pourrait arriver à n'importe qui... Quant aux enfants violés ? Oubliés, escamotés...

Humilié, traumatisé, Chérif Delay est devenu SDF le jour de ses 18 ans. Sa souffrance et sa colère ont fait de lui une menace pour l'ordre public. Il est passé par la case prison avant de se retrouver en Afrique.

Chérif Delay, un mythomane ? S'il souffre aujourd'hui, c'est bien de s'être tu : « J'aurais pu sauver mes frères et les autres enfants si j'avais parlé plus tôt, mais j'étais menacé de mort. J'ai été lâche... »

Cet ouvrage ne refait pas le procès et ne conteste pas la chose jugée. Il révèle une seconde vérité judiciaire occultée : douze enfants, dont Chérif, ont été officiellement reconnus victimes de violences sexuelles et de viols.

Devenu adulte, Chérif a désormais le droit de parler. Malgré les pressions et les menaces, il témoigne. Un document sans complaisance, qui bouleverse par sa force et sa pudeur.

Un livre choc qui nous place devant deux vérités judiciaires difficilement conciliables. Celle des acquittés et celle, inédite à ce jour, de l'aîné des enfants victimes.

Enquête sur une société qui consomme des enfants

 De Homayra Seillier, Serge Garde

 Mais qu'est-ce qui bloque, dans la France de 2007 ? Pourquoi n'y a-t-il pas de réponse adaptée à la pédocriminalité, notamment concernant l'Internet, le média qui en démultiplie les nuisances ? Pourquoi fait-on si peu contre un phénomène qui inquiète autant les familles, bien qu'il soit identifié depuis plusieurs années ? Pourquoi les droits de l'enfant restent-ils aussi théoriques dans le pays qui se targue d'avoir inventé les droits de l'homme ? Pour Homayra Sellier, le temps n'est plus aux effets d'annonce jamais suivis de décisions concrètes.
Derrière un apparent consensus pour défendre les enfants, existent de réelles divergences d'opinions. Pourquoi continue-t-on à parler de " pédophilie ", un mot terriblement ambigu ? La pédosexualité est-elle d'origine génétique ? La majorité sexuelle étant fixée à 15 ans, pourquoi exige-t-on d'enfants plus jeunes la preuve qu'ils n'ont pas dit " oui " à leur agresseur ? Une relation sexuelle entre un adulte et un mineur est-elle une liberté ou un crime ? Pourquoi le mot " inceste " ne figure-t-il pas dans le code pénal ? S'il n'existe pas actuellement de réponse judiciaire efficace, n'est-ce pas parce que la société française reste ambiguë sur ces questions ? Dans ce livre, chacun de nous se retrouve devant ses responsabilités.
Parce que chacun de nous, citoyenne ou citoyen, détient la clé du problème. Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas...

Les disparues d'Auxerre

De Corinne Herrmann , Philippe Jeanne

Ville de province charmante et calme, Auxerre, bien connue pour son club de football, est le théâtre d'une des énigmes les plus terrifiantes de l'histoire judiciaire française.
Plusieurs jeunes filles handicapées mentales légères, dont certaines sont confiées par la DDASS à une institution spécialisée, ont disparu mystérieusement depuis vingt ans. La direction de l'institut médico-éducatif, classant ces disparitions comme des " fugues ", se contente de faire rayer des listes les noms de ces jeunes filles, pourtant trop fragiles pour être autonomes même une journée. Et, pendant des années, les enquêtes sont suspendues, les dossiers étouffés, la loi du silence s'installe.
Corinne Hermann et Philippe Jeanne, convaincus depuis longtemps de la gravité de l'affaire, saisis par l'urgence d'empêcher un serial killer de nuire, ont tout fait pour aider les familles des victimes et leur rendre justice, malgré l'inertie des institutions. Depuis, un homme est passé aux aveux, et s'est ensuite rétracté. Si cet homme est reconnu coupable, il s'agira d'un des plus grands tueurs en série de l'histoire judiciaire française ? Mais qui a laissé faire, et pour quelles raisons ? La réalité risque de dépasser les plus épouvantables rumeurs : crimes, viols, actes de barbarie, réseau de prostitution, pédophilie, enlèvements, séquestration, actes post-mortem...
Corinne Herrmann et Philippe Jeanne sont les seuls à avoir cette connaissance approfondie de l'affaire, tant du côté judiciaire que du côté de l'éducation spécialisée. Ils déroulent le fil de l'histoire, comme une véritable enquête policière, pour faire connaître au public des éléments totalement inconnus des médias et même de certains acteurs du dossier.

 

Morts sous X

 

De Corinne Herrmann

Les Réseaux cachés des pervers sexuels

De Eric Raynaud

" C'est véritablement une très étrange enquête que j'ai été amené à effectuer durant trois ans.
Le but de départ était de démonter les mécanismes de ce fait divers énorme qu'a été l'arrestation du pédophile de Cosne-sur-Loire, puis de son procès. Le jugement d'un criminel qui a opéré durant trente ans dans une sous-préfecture de dix mille habitants en toute impunité. L'idée était de disséquer cette "anomalie" sociale mettant en scène - et en accusation - les différentes composantes sociologiques responsables, au sens plein du terme, de trente ans de crimes et délits pédophiles impunis, par lâcheté ou par intérêt.
Et ainsi d'essayer d'apporter modestement une pierre à un édifice qu'il est plus qu'urgent de construire, aujourd'hui, pour combattre la pédocriminalité et la criminalité sexuelle... J'ai tout entendu, durant mes recherches à Cosne-sur-Loire : "protections", "réseaux", "franc-maçonnerie", "hommes politiques mouillés", entre autres. Fantasmes ? Voire. Le suivi du procès, en juin 2001, sera une mine pour moi.
Si le fantasme est en effet bien présent, comme dans toute affaire de ce genre, mes investigations m'emmèneront sur des pistes dont j'étais loin, mais très loin de seulement soupçonner l'existence... " Ces phrases du journaliste Eric Raynaud constituent le plus parfait résumé de son ouvrage. Bannissant tout sensationnalisme et menant une enquête à la fois prudente et minutieuse, l'auteur met au jour, avec les Réseaux cachés des pervers sexuels, un ensemble de faits longtemps et délibérément occultés, qui font sobre et extrêmement documenté, qui permet de mieux prendre la mesure d'un phénomènes criminels contemporains les plus inquiétants.

 

Un tueur peut en cacher un autre - Comment les serial killers passent à travers les mailles du filet

 

De Corinne Herrmann , Philippe Jeanne

Michel Fourniret, Emile Louis, Francis Heaulme...
Combien de serial killers ont pu commettre leurs forfaits, durant des dizaines d'années, en toute impunité ? Comment " l'ogre des Ardennes " ou " le tueur de la Highway 99" ont-ils pu tromper la vigilance des services de police ? Quel fut le champ d'action réel de leurs compagnes ? Corinne Herrmann nous emmène dans le monde terrifiant et pervers des tueurs, dévoile des faits inédits, pose des questions souvent taboues et apporte des réponses, pas toujours politiquement correctes.
Tout en mettant à mal certaines idées reçues, elle jette un éclairage surprenant sur les secrets des affaires criminelles.

Délinquances des jeunes - Quels actes ? Quelles réponses juridiques ?

Pierrette Poncela

" Un crime ou un délit est commis toutes les sept secondes dans notre pays, ces délits étant, pour une part, le fait de mineurs de plus en plus jeunes commettant des actes de plus en plus graves...
" s'écriait un député en 2003. Formule péremptoire, trop souvent entendue. Mais de quels actes s'agit-il donc ? Leur nombre et l'âge de leurs auteurs nécessitent-ils la création de nouvelles infractions ? L'un des phénomènes d'ordre socio-juridique observable en ce début du XXIe siècle consiste en la multiplication d'interventions législatives tendant à créer des .incriminations nouvelles à la suite d'événements dans lesquels sont impliqués des jeunes ; elles sont aussi justifiées par l'apparition ou la multiplication d'actes ou de comportements propres aux jeunes.
Prenant au sérieux l'idée selon laquelle le droit forme systématiquement les actes et les comportements qu'il qualifie d'infraction pénale, les auteurs étudient comment s'opère le passage de la déviance à la délinquance au travers de monographies infractionnelles (rackets, " bizness ", embuscades, outrages et insultes envers la police, viols en réunion, vidéolynchages, contrefaçons et diffamations sur internet), sans oublier l'inflation de dispositifs juridiques tendant à responsabiliser les parents.
Pour finir, le lecteur est invité à un voyage à bord des Noctiliens, bus nocturnes de Paris et sa banlieue.

 

Juger et éduquer les mineurs délinquants

 

Dominique Youf

La justice pénale des mineurs est aujourd'hui en profonde mutation.
L'ordonnance de 1945 relative à l'enfance délinquante a fait l'objet d'un consensus jusqu'à la fin du siècle dernier. Un modèle thérapeutique de justice a été construit qui considérait que l'infraction commise par un mineur était le symptôme d'une situation sociale et psychologique dont le jeune était la victime et qu'il fallait traiter par une mesure éducative. Or, ce modèle n'a pas atteint ses objectifs.
Les mineurs récidivistes étaient pris en charge par l'Administration pénitentiaire plutôt que par la Protection judiciaire de la jeunesse. Face à cet échec, un nouveau modèle de justice est aujourd'hui proposé. Il considère que la croissance de la délinquance des mineurs repose sur un sentiment d'impunité. Dès lors, il faudrait construire une justice où par la sanction, le jeune déviant apprenne à respecter la loi.
La première partie de ce livre propose une analyse des forces et faiblesses du modèle thérapeutique dans lequel nombre de juges des enfants, éducateurs, psychologues, assistants de service social continuent de se reconnaître. La deuxième décrit le processus de déconstruction de ce modèle et l'apparition d'un nouveau modèle de justice basé sur la dissuasion. Enfin la troisième partie montre qu'une autre voie est possible qui tient compte à la fois du caractère social de toute justice et du devoir d'éducation à l'égard des mineurs délinquants.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site